Le salariat temporaire : fragilité ou force invisible du travail agricole ?

Le salariat temporaire en agriculture remplit des fonctions importantes, permettant aux exploitations de faire face aux pics de travail et de réaliser à temps des opérations de taille ou de récolte. La crise sanitaire de la covid-19 a révélé la fragilité et le caractère bloquant d’un défaut de recrutement, mais aussi les qualités et l’aptitude au travail de cette main d’œuvre souvent pensée comme peu qualifiée.

Comment recruter des salariés saisonniers aptes au travail demandé ? Comment « fidéliser » cette main d’œuvre et développer l’attractivité de ces métiers ? Comment les salariés agricoles vivent et pensent leur activité discontinue ?

Le prochain Atelier-conférence de la Chaire Mutations Agricoles du 22 Avril 2021, propose d’éclairer les enjeux du salariat temporaire en agriculture. Il s’agira de faire le point sur l’ensemble hétérogène et relativement invisible que forment ces saisonniers, d’explorer les désajustements entre employeurs et salariés agricoles, et de faire le point sur les dispositifs de gestion de cette main d’œuvre et leurs limites.

Programme :

  • 13h30 – Introduction
  • 13h40 –  Conférence : Tenir et vieillir dans le salariat agricole temporaire. Trajectoires et attentes de saisonniers

Nicolas ROUX,  Maître de conférences en sociologie, Université de Reims

A partir d’une enquête biographique et longitudinale retraçant les trajectoires socioprofessionnelles de saisonniers agricoles, Nicolas Roux propose de rendre compte des raisons de leur maintien dans le salariat temporaire. Il s’interroge sur les « conditions sociales de soutenabilité », c’est-à-dire sur ce qui leur permet de rendre cette condition supportable et acceptable, voire satisfaisante. Cela implique un certain nombre de stratégies déployées pour créer de la continuité par-delà la discontinuité de l’emploi (réputation locale, disponibilité, diversification des tâches…). Mais dans des activités souvent pénibles et non qualifiées, vieillir dans les saisons agricoles revient également à trouver des sources de satisfaction en-dehors ou à côté du travail (territoire rural local, loisirs populaires, espace domestique…). Cette recherche aide ainsi à repenser la relation entre d’une part, les dispositions et les attentes de ces salariés, et d’autre part les conditions de travail et d’emploi qui leur sont offertes dans les exploitations agricoles.

  • 14h40 – Résultats de l’enquête Chaire Mutations Agricoles « Le salariat agricole saisonnier à l’heure du premier confinement Covid en France »

Guilhem Anzalone, Sociologue, ESA, LARESS

A partir d’une enquête sur le recours au salariat temporaire lors du premier confinement, cette étude identifie les différents enjeux relatifs au recours au salariat temporaire et rend compte plus précisément des ajustements / désajustements entre offre et demande de travail temporaire (conditions de l’emploi, compétences et aptitudes au travail, modalités d’intermédiation). Cette enquête a été conduite par l’ISTOM, l’ANEFA et l’ESA.

  • 15h20 –  Retour d’expérience d’un acteur du territoire : Saisons en Anjou

Camille Leperlier, Saisons en Anjou

Témoignage sur les actions de gestion du salariat temporaire mises en œuvre et leurs limites. Retours démarches de recrutements réussies du point de vue de l’employeur, des exemples de saisons qui tournent avec des saisonniers agricoles, et des organismes de formations qui proposent des actions de formations pour permettre aux saisonniers de rebondir sur de nouvelles saisons.

  • 16h00  – Conclusion 

Luc-Paul Prévost, Président de l’ANEFA 49

Pour revoir cet Atelier-conférence :

 

 

Pour aller plus loin, téléchargez notre synthèse rédigée de ces échanges  :

SynthèseAtelier_salariat agricole

Inscription à la lettre d'information de la Chaire Mutations Agricoles


[sibwp_form]

Suivre la Chaire Mutations Agricoles