Pourquoi une chaire de sociologie à l’ESA ?

D’abord parce qu’en France, la production sociologique concernant l’agriculture demeure faible, à la différence d’autres disciplines de sciences sociales comme l’économie rurale ou la géographie humaine. Cette situation peut sembler paradoxale tant, depuis les années 1980, des chercheurs en sciences sociales comme des media n’ont eu de cesse de souligner à la fois le retour à la nature / du rural dans la société et le moment historique que traverserait l’agriculture, marqué par de profondes ruptures économiques, politiques et culturelles. Les publications de sciences sociales ou politiques parlent ainsi aujourd’hui, en référence à la modernisation agricole engagée un demi-siècle plus tôt, de fin d’une époque / d’un monde, en la reliant à l’ouverture des marchés, à la montée de pressions environnementales et sanitaires – conjointement aux « crises alimentaires à répétition dans les années 1990-2000 – et à la périurbanisation accélérée des espaces ruraux. De leur côté, nombreux sont les agriculteurs et les acteurs qui travaillent avec eux à vivre ces changements comme une véritable crise de leur métier et de leur identité sociale dans une société où ils se sentent tout à la fois méconnus, critiqués et incompris, dans leurs voisinages les plus immédiats comme dans le monde politique et les medias et même par les consommateurs.

 

Ainsi, en s’interrogeant sur le sens de ces ruptures et les réponses à leur donner, de plus en plus d’institutions liées à l’agriculture – les organisations professionnelles, les entreprises agroalimentaires et des collectivités territoriales – sont devenues plus réceptives au regard sociologique en sus de leur tropisme économique habituel. La sociologie est donc en quelque sorte interpellée, attendue pour qu’elle s’investisse dans la compréhension de la dimension humaine et sociétale de l’agriculture contemporaine et dans l’analyse des déterminants sociaux des changements que vivent/entreprennent ses acteurs.

 

L’ESA a acquis depuis la fin des années 1960 une bonne expérience de formation, d’étude et de recherche en sociologie de l’agriculture. Elle emploie aujourd’hui cinq sociologues, engagés dans des travaux menés avec des chercheurs de l’INRA (Institut National de la recherche Agronomique), d’universités, de l’IRSTEA (Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture), du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), mais aussi en partenariat avec de nombreux acteurs de l’agriculture et de la ruralité (des groupes d’agriculteurs, des organisations professionnelles agricoles, des coopératives, des entreprises agroalimentaires, des instituts techniques, des collectivités territoriales, des banques). Ses dirigeants ont ainsi été amenés à penser qu’une chaire pouvait, en ce domaine, contribuer à combler la distance que la discipline a laissé s’installer depuis plusieurs dizaines d’années avec les acteurs de l’agriculture et leurs réalités professionnelles et sociales et, ce faisant, conforter ses orientations en ce domaine.

CC0 - Domaine public

CC0 - Domaine public

L’ESA

Implanté dans l’Ouest de la France, l’ESA est étroitement lié au contexte agricole, alimentaire et environnemental de cette région. Impliqué dans les principaux réseaux de l’enseignement supérieur, il a développé une dimension nationale et internationale. Ses administrateurs, issus du monde de l’entreprise, travaillent, depuis les débuts de l’école, à l’ouvrir à tous les publics d’étudiants, aux professionnels et, plus généralement, à la société. L’ESA développe une recherche finalisée et forme des professionnels réactifs aux problématiques contemporaines.

© DR

© DR

Une recherche finalisée : au service de nos filières, des formations et du rayonnement international
5 Unités de recherche – 100 personnes, dont 45 enseignants-chercheurs

Une recherche au service de la conception de systèmes agricoles et alimentaires durables. La Recherche de l’ESA crée des connaissances scientifiques qui permettent d’orienter les techniques agricoles et alimentaires dans le sens du développement durable. Elle nous permet d’entretenir et de faire évoluer notre potentiel scientifique pour assurer la qualité de nos enseignements et de nos prestations auprès des entreprises.

 

5 thématiques principales de Recherche

  • Dynamique économique, politique et sociale des acteurs de l’agriculture
  • Conception de systèmes de cultures innovants à faibles intrants
  • Adaptabilité des systèmes d’élevage
  • Biodiversité dans les paysages agricoles
  • Qualité et typicité des aliments

 

5 Unités de recherche

  • Unité de recherche en sciences sociales, pour l’organisation de l’agriculture et des territoires : LARESS
  • Unité de recherche en agroalimentaire sur les produits et procédés, pour l’agro-industrie et l’œnologie : GRAPPE
  • Unité de recherche Légumineuses, Ecophysiologie végétale, Agroécologie, pour les productions végétales : LEVA
  • Unité de recherche Paysage & Ecologie, commune à l’ESA et à Agrocampus Ouest, pour la biodiversité en relation avec les territoires : UR Paysage & Ecologie
  • Unité de recherche sur les systèmes d’élevage innovants, pour les productions animales : URSE

www.groupe-esa.com

L’objectif de la Chaire Mutations Agricoles est de comprendre et expliquer les mutations des métiers de l’agriculture, en s’inscrivant dans les questionnements des acteurs du monde agricole et rural. Devenir membre de la Chaire, c’est avant tout coproduire et partager des connaissances… C’est entreprendre des recherches en partenariat (travaux de master, doctorat…), réfléchir à de nouvelles offres de formations initiale et continue avec et dans les entreprises partenaires, construire un processus de dialogue sur la recherche. Cette dynamique partenariale sera pour vous et pour nous un formidable outil de réflexion, de communication stratégique, et un lieu de débats sur les problématiques présentes et à venir des professions agricoles. Pour « Nourrir le monde d’intelligences », développons des recherches sociologiques en partenariat !

Inscription à la lettre d'information de la Chaire Mutations Agricoles


[sibwp_form]

Suivre la Chaire Mutations Agricoles